Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Carnet 2 curiosite

Un peu de tout, beaucoup de moi.


Étudier à distance.

Publié par Stain sur 13 Décembre 2012, 11:11am

Catégories : #my life, #Etudier

Étudier à distance.

Les cours par correspondance à Rennes 2.

        Si cet article débarque un peu tard, c'est que ma petite vie a connu moult bouleversements ces derniers temps, ceux-ci seront donc le thème de cet article. Suite à mes déboires avec l'éducation au sein de l'union européenne (voire arnaque au Luxembourg) j'ai trouvé la solution pour ne pas perde mon année scolaire : les études par correspondance.

Voici en quelques points le résumé de ce mode d'éducation pas si connu que ça :

 

  • Difficile d’accès.  Je ne vous parle pas du CNED ou autre organisme formant à distance moyennant une somme plus ou moins vertigineuse, mais bien d'un cursus classique de type universitaire. Dans mon cas, il s'agit d'une première année de Licence d'Histoire auprès de l'Université de Rennes. Le cout est moindre (175€ l'année, ce qui correspond aux tarifs d'envoi postaux des cours je suppose) néanmoins l'accès est relativement difficile. Comme il est de coutume dans les institutions publiques françaises, vous serez d'abord assommé de tout un tas de paperasse diverse et variée. Il faut d'abord s'inscrire à l'université de manière "régulière" puis s'inscrire une seconde fois auprès du SUED (Service Universitaire d'Enseignement à Distance) afin d'avoir accès aux cours. Pour cela compter une bonne demi-douzaine de lettre de motivation pour différents motif mais principalement pour obtenir la fameuse dispense d'assiduité (qui vous donne droit aux cours par correspondance). Les conditions exigeant normalement soit une situation de handicap ou un justificatif d’emploi à mi-temps minimum. Un mois d'acharnement téléphonique et quelques lettres de supplications plus tard, tout est ok et on peut enfin commencer.

 

  •  L'art de l'organisation. Si vous êtes du genre bordélique ou adepte de la procrastination, étudier à distance sera soit la pire chose que vous ayez pu faire (puisque vous allez vous planter) soit une thérapie pour le moins violente vers un usage maniaque de l'agenda et du calendrier. Vous recevrez en effet l'équivalent d'1 an de cours dactylographié qu'il vous faudra assimiler, approfondir et travailler sans jamais avoir personne pour vous échelonner cours et chapitres (Et oui, tout avoir d'un coup, c'est avoir le sentiment d'être surmené avant même de commencer). S'il peut être tentant de prendre chaque matière et de se l'ingurgiter de force pour en être débarrassé et passer à la suivante, le système vous rappellera vite que votre méthode est mauvaise. A contrario, faire la grasse matinée tous les jours en se disant que de toute façon on a le temps, est également un facteur d'échec certain. Les fausses excuses pour ne rien faire sont nombreuses, la réussite est -parait-il- dans la régularité.

 

  •  Un planning atypique. De temps en temps, de joyeuses notifications viennent vous rappeler qu'il vous reste deux semaines pour rendre un dossier à un professeur. Ô joie, votre méthode de "matière par matière" vient de montrer sa principale faiblesse : vous n'avez pas encore étudié ce cours-là et on vous demande déjà de le synthétiser. D'autre part, soyez en paix avec les examens. Contrairement aux étudiants assidus de Licence, vous ne passez pas de partielles en fin de semestre mais des examens terminaux en fin d'année. Cela vous laisse bel et bien une année entière pour vous préparer.. Et condense également la pression puisque vous auriez un an de cours à ressortir durant 1 mois complet d'examen en continu. Pas d'inquiétude, la session de rattrapage se déroule peu après ce "mois de l'horreur". Il peut donc être judicieux de trouver un logement sur le lieu de passage des épreuves si vous n'êtes pas adepte des allers retours train tous les jours (surtout si, comme moi, vous habitez à 250km de celui-ci).

 

  •  Devenir l'ami de votre ordinateur. Comme vous ne fréquentez pas l'université, vous ne fréquentez ni enseignants, ni étudiants. (Vos parents, dans le meilleur de cas, reste votre seul lien social physique). Il convient donc de se munir d'un ordinateur et d'une bonne connexion internet. Un forum étudiant est mis à disposition de tous ces individus isolés qui paniquent, apportant un semblant d'unité à un groupe éclaté. Concernant l'échange avec les enseignants, votre boite mail va vite devenir votre meilleure amie puisqu'il s'agira de votre seul moyen de communication (à moins que vous ne souhaitiez utiliser les numéros de téléphone personnel qui vous ont été transmis ou vous ruiner dans des envois postaux). Votre ordinateur sera également votre pire ennemi. Outre sa fonction d'outil pratique pour vos études (qui fait partie de ces fausses excuses évoquées précédemment) il est également la plus grande source de distraction qui vous fait face.

Bon point : Comme vous ne voyez personne, vous ne sortez pas et évitez donc un facteur d'échec scolaire les plus courants : faire la fête. Vous n'aurez pour seule distraction que vos fascicules de cours alors adapter la tendance... Passez-y vos nuits entières (vous pourrez même boire un verre sans risque si vous y tenez vraiment).

Et la BU ? Le fait de ne pas avoir accès a la bibliothèque universitaire peut sembler un handicap (pour peu que vous soyez du genre a vous en servir, ce qui n'est pas le cas de tous). Des ressources de la BU sont numérisés et disponible en ligne sur le site de l'Université. Pour le reste, Amazon est votre alliée : Commandez vos livres, ils viendront a vous (et pour un coût réduit : d'occasion j'ai eu plusieurs livres pour quelques centimes.)

 

Etudier à distance peut être un moyen utile de régler les soucis financiers rencontrés par un étudiant (puisque cela permet de travailler en parallèle ou de s'éviter des frais de logement si vous êtes chez vos parents) et de réussir vos études sereinement. Les contraintes et les risques sont finalement moindres que celles d'un étudiant assidu. Vous avez toujours vos parents sur le dos finalement, et ce n'est pas plus mal, d'autant plus que leur "pression" est plus symbolique que réelle. Vous êtes étudiant, plus collégien.

Des questions, des remarques ou des anecdotes sur les cours par correspondance ? 

Ça m'intéresse.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents